Summer

8 août 2019,

Summer, Monica Sabolo.
Le Livre de Poche – 283 pages

Lors d’un pique-nique au bord du lac Léman, Summer Wassner, dix-neuf ans, disparaît. Elle laisse une dernière image : celle d’une jeune fille blonde courant dans les fougères, short en jean, longues jambes nues. Disparue dans le vent, dans les arbres, dans l’eau. Ou ailleurs ?
Vingt-cinq ans ont passé. Son frère cadet Benjamin est submergé par le souvenir. Summer surgit dans ses rêves, spectrale et gracieuse, et réveille les secrets d’une famille figée dans le silence et les apparences. Comment vit-on avec les fantômes ? 

4ABF55B6-1334-4287-AB5A-437CEE91C9E8.JPG

 

Quelle meilleure saison que l’été pour lire Summer ? Loin d’être rafraîchissant, ce roman est troublant jusqu’à la dernière page. Entre fiction et polar la ligne est ici très fine.

Vingt-cinq ans ont passé et Benjamin repense toujours à la disparition de sa sœur aînée, Summer, alors qu’elle n’avait que dix-neuf ans. Aujourd’hui Summer hante les pensées de son frère qui cherche encore à comprendre les faits.

Summer est une vraie surprise, je ne m’attendais pas à un récit comme celui-ci. Lisant très rapidement les quatrièmes de couverture, je pensais qu’on suivrait le quotidien de Summer jusqu’au jour du drame, de sa disparition. Quelle erreur de ma part ! C’est en réalité le frère, Benjamin, que nous suivons. Ce dernier vit avec ses souvenirs de l’été où Summer a disparue. Grâce à aux souvenirs, nous plongeons dans le passé et apprenons à connaître une famille parfaite sans fêlures apparentes. Comme dans tous les drames, les secrets vont émerger petit à petit et assombrir le beau tableau qui nous est présenté. Benjamin a été très touché par la disparition de sa sœur au point de sombrer. Entre cauchemars et révélations, nous nous retrouvons dans un lugubre récit. 

« Où sont les êtres que l’on a perdus ? Peut-être vivent-ils dans les limbes, ou à l’intérieur de nous. Ils continuent de se mouvoir à l’intérieur de nos corps, ils inspirent l’air que nous inspirons. » 

Présentée comme une famille parfaite, les apparences sont nombreuses : belle famille aisée et aimée de tous, en somme, la famille idéale. Mais nous en sommes loin. Summer n’était pas cette jeune femme parfaite comme voulait le croire son frère. J’ai trouvé le personnage de Summer fade et guère intéressant. Benjamin, est le cadet, il vivait dans l’ombre de sa sœur à son propre détriment. Il m’a fait beaucoup de peine. Tout au long du récit on sent qu’il tient à se dénigrer par rapport à elle.  Quant aux parents, l’illusion du couple idéal tombe bien vite en éclat.

Ce roman est très bien ficelé. Proche du polar, l’auteure sème des indices au fur et à mesure de l’histoire. Le doute touche les personnages et le lecteur : qui était véritablement Summer ? Comment a-t-elle disparue ? C’est à se demander si la relation entre le frère et la sœur n’était pas malsaine. Il y a, de la part de Summer, un désir de montrer qu’elle est l’aînée, elle mène son monde comme elle l’entend. La seule chose que je peux reprocher à ce roman est le fait que Benjamin se rend malade, détruit sa vie pour Summer. Mais on oublie ce détail tant la fin est grandement surprenante, un vrai coup de maître au point de vouloir relire ce roman. 

J’ai beaucoup aimé ce livre, d’avoir été menée en bateau, d’avoir douté, d’avoir détesté certains personnages. Summer est une étonnante lecture à découvrir. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s