Marlène

couv51657489.jpg

Titre : Marlène

Auteur : Philippe Djian

Éditions : Gallimard

Pages : 212

 

  • Quatrième de couverture :

Dan et Richard, deux vétérans de l’Afghanistan et amis d’enfance, vivent dans la même ville depuis leur retour des zones de combat. Encore gravement perturbés par ce qu’ils ont vécu, ils peuvent à retrouver une vie normale.

Le cas de Dan est à peu près réglé – il s’oblige à une hygiène de vie très rigoureuse, travaille assidûment ; mais celui de Richard – bagarreur, récidiviste, infidèle – semble définitivement perdu. 

L’arrivée de Marlène, la belle-sœur de Richard, va redistribuer les cartes. Jusqu’à la tragédie ? 

 

  • Mon avis :

Il y a environ un an ma curiosité m’a poussée à lire Chéri-chéri du même auteur. Profonde déception. À la sortie de Marlène dont le résumé semblait vraiment prometteur, j’ai voulu donner une seconde chance à l’auteur. Peut-être n’aurais-je pas dû… 

Comment vous résumer cela ?… C’est l’histoire de Dan et de Richard qui essayent de retrouver une vie normale après l’Afghanistan. Dans leur vie on retrouve la femme de Richard et sa fille qui est plus ou moins la compagne de Dans et Marlène la belle-sœur de Richard très proche de Dan et puis la femme de Richard est amie avec Dan et…c’est déjà pas mal. En somme les personnages vont essayer de se trouver ou de se retrouver.

Avez-vous compris ? Non, moi non plus. C’est du Philippe Djian alors nous plongeons pleinement dans une intrigue patchwork avec de nombreuses ellipses et des dialogues qu’il faut percevoir au sein de la narration. Un semblant de discours indirect libre qui n’en est pas totalement, je vous assure que c’est perturbant. On ne sait pas trop s’il est question d’une histoire d’amour ou d’une histoire plutôt familiale. Je pensais que l’Afghanistan serait plus mentionnée, mais non. Malgré tout l’intrigue n’est pas mauvaise. Marlène au sombre passé, entre brusquement dans la vie quotidienne de sa sœur et de Richard, elle rompt les habitudes qu’essayait de tenir Dan. Mais tout cela manque cruellement de profondeur. On ne va pas au fond des choses, tout est en suspend, surtout la fin aussi terrible soit-elle. En refermant le livre nous sommes comme au début : nulle part.

Les personnages… Marlène est inintéressante malgré son potentiel. Comme les autres personnages féminins d’ailleurs, ils sont tous détestables. J’aurais pu apprécier Dan et Richard, mais je ne les ai guère compris, notamment Richard qui est resté un vrai mystère. Toutefois Dan est le personnage le plus travaillé, j’ai même réussi à éprouver de la peine pour lui.

Philippe Djian n’est vraiment pas pour moi et je pense m’arrêter là avec lui. Je n’arrive pas à me faire à son style si atypique. Nous sommes tout le temps dans la suggestion, rien ne semble clair, rien n’est concret. On ne sait pas, on ne sait jamais et c’est dommage.

J’ai lu Marlène vite, peut-être trop vite mais c’était certainement mieux ainsi. Je suis probablement encore passée à côté de ce livre, comme Chéri-chéri. Heureusement la couverture est belle.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Marlène »

  1. Ping : Bilan octobre 2017 | justinsunrise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s