La Lune et le Roi-Soleil

couv34206917.jpg

Titre : La Lune et le Roi-Soleil

Auteur : Vonda N. McIntyre

Éditions : Le Livre de Poche

Pages : 670

  • Quatrième de couverture :

En 1693, le père jésuite Yves de La Croix, explorateur au service du roi Louis XIV, ramène à Versailles un couple de mammifères marins capturés dans les mers du Nouveau Monde. L’un d’eux succombe, tandis que l’autre, la femme, survit et provoque l’ébahissement général. Marie-Josèphe, la jeune sœur du religieux, qui se voue à l’étude des sciences naturelles loin des intrigues de la cou, devient l’intermédiaire entre les humains et la créature aussi laide que son chant est beau. Protégé par le roi vieillissant qui espère découvrir le secret de l’immortalité, Yves cherche à percer les mystères de la voix divine de l’étrange sirène. 

  • Mon avis :

À sa sortie ce livre me tentait beaucoup tant son résumé semblait intéressant. Lier la cour de Louis XIV au fantastique n’est pas anodin. Mais ce roman n’est finalement pas celui auquel je m’attendais.

Au cours d’une expédition en mer, Yves découvre deux créatures marines étonnantes qu’il ramène avec lui à Versailles. Possible source de l’immortalité tant recherchée par le roi, la créature femelle devient une véritable bête de foire pour la cour. Seule Marie-Josèphe, sœur d’Yves, semble la comprendre et vouloir l’aider.

Ce roman se compose d’une dimension historique et d’une dimension fantastique. Cette dernière se révèle plutôt surprenante suite au contexte historique. Si j’ai bien compris, le fameux « monstre marin » est ce une sorte de sirène très laide aux propriétés magiques. De fait cela rejoint la première dimension historique avec des personnages bien connus tels Louis XIV, Philippe d’Orléans, le Chevalier de Lorraine, etcétéra. Je pensais que connaître la cour sous un angle nouveau allait être formidable, mais avoir les détails sur les menstruations des femmes n’est pas le plus attrayant que j’ai lu jusqu’à présent. Quand un roman fait plus de 600 pages il se doit d’être captivant ce qui n’est pas le cas ici. Des longueurs sont présentes et seule la partie de l’intrigue portant sur la créature est intéressante.

Les personnages sont nombreux, trop nombreux à mon goût, heureusement qu’une liste est présente au début du livre. Liste à laquelle je n’ai cessé de me référer. Les personnages fictifs se mêlent donc aux réels. Beaucoup de personnages sans saveur qui ne sont guère développés. Celui qui l’est le plus, Marie-Josèphe, aurait pu réveiller mon intérêt si elle n’était pas aussi naïve et exaspérante. Même Louis XIV ne rayonne pas comme il devrait rayonner. C’est triste.

Je vais tout de même parler de l’unique point positif de cette lecture ce qui évite probablement le désastre : les thèmes mis en avant par l’auteure. La tolérance à l’égard d’autrui est plutôt bien exposée, ainsi que la liberté sous diverses formes et la lutte contre l’esclavage. La place des femmes dans la société est l’un des combats de Marie-Josèphe, mais je ne sais s’il a vraiment sa place ici, par rapport à l’intrigue du livre.

Il est plutôt rare que je ne recommande pas un livre, mais celui-ci, non, ne vous arrêtez pas dessus puisqu’il ne vous apportera rien. Il aurait pu être bien, il aurait pu…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s