Et on tuera tous les affreux

couv71997669

Titre : Et on tuera tous les affreux

Auteur : Boris Vian

Éditions : Le Livre de Poche

Pages : 220

 

  • Résumé de la quatrième de couverture : 

Se réveiller tout nu dans une chambre de clinique, où l’on veut vous forcer à faire l’amour avec une très belle fille… L’aventure n’est pas banale. Surtout quand on s’appelle Rocky, que l’on est la coqueluche des demoiselles et qu’on voudrait se garder vierge jusqu’à vingt ans. Un homme assassiné dans une cabine téléphonique, des photos d’opérations chirurgicales abominables, des courses-poursuites, des coups de poing, et, au désespoir de Rocky, des filles partout : tel est le cocktail mis au point par Boris Vian – avis Vernon Sullivan – dans ce polar mené à un train d’enfer, tour à tour angoissant et hilarant. À la clef, la clinique où le diabolique Dr Schutz sélectionne des reproducteurs humains et bricole des embryons, prototypes quelquefois ratés d’une race « supérieure ». 

 

  • Mon avis :

Dans la liste des meilleurs romans de Boris Vian, je vous présente Et on tuera tous les affreux. Signée Vernon Sullivan, cette œuvre qui se situe à la frontière de la dystopie pourrait être le parfait scénario d’un film burlesque.

Le héros de l’histoire enquête sur son propre enlèvement survenu au cours d’une soirée et dont il garde peu de souvenirs. Rocky, avec l’aide de ses amis, se lance dans une course-poursuite qui se mêle à une enquête policière des plus atypiques pour le guider dans un univers totalement stéréotypé.

J’ai avant tout été surprise par le genre de l’intrigue qui est entre la dystopie et le polar, mais étonnamment, le rendu est plus que bon. À l’image de Rocky, le lecteur est désemparé face à ce qui lui arrive. De fait, l’intrigue ne laisse pas une minute de répit au lecteur tant les évènements s’enchaînent à merveille, ce qui semble parfois trop facile.

« Je remercie en moi-même mes parents du physique qu’ils m’ont donné, il y en a qui remercient Dieu, je sais… mais entre nous, je trouve qu’ils mêlent Dieu à des histoires auxquelles il n’a réellement rien à voir. »

Comme l’intrigue, les personnages sont très stéréotypés, notamment le héros, Rocky. Derrière une apparence de bellâtre et de dur à cuir incarnant la perfection, parce que oui, Rocky est absolument parfait, se cache un être sensible. Il peut être surprenant que Rocky respecte autant ses convictions quand on se rend compte de tous les clichés qu’il incarne à lui tout seul. Toutefois, j’ai aimé ce personnage grandement ironique, ainsi que le trio inattendu formé par Gary, Andy et Mike.

Ah, ce cher Vian ! Son écriture est toujours aussi agréable. Il manie les clichés à merveille, les rend agaçants au possible et c’est ce qui est incroyable avec lui. C’est si loufoque et truffé d’humour qu’on ne peut que dévorer ce livre. C’est cynique, c’est cru, c’est moderne, c’est percutant, c’est du pur Vian.

Un titre que je pense inoubliable pour son intrigue hors norme et qui fait réfléchir sur de nombreux points. Et on tuera tous les affreux est à lire pour les amateurs de l’auteur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s