La Ferme des animaux

couv59220466.jpg

Titre : La Ferme des animaux 

Auteur : George Orwell

Éditions : Folio

Pages : 151

  • Résumé de la quatrième de couverture :

Un certain 21 juin eut lieu en Angleterre la révolte des animaux. Les cochons dirigent le nouveau régime. Boule de Neige et Napoléon, cochons en chef, affichent le règlement :

« Tout deuxpattes est un ennemi. Tout quatrepattes ou tout volatile, un ami. Nul animal ne portera de vêtements. Nul animal ne dormira dans un lit. Nul animal ne boira d’alcool. Nul animal ne tuera un autre animal. Tous les animaux sont égaux. »

Le temps passe. La pluie efface les commandements. L’âne, un cynique, arrive encore à déchiffrer :

« Tous les animaux sont égaux, mais certains le sont plus que d’autres. »

  • Mon avis : 

Pourquoi n’ai-je pas lu ce livre avant ? C’est la question que je ne cesse de me poser depuis quelques jours. Je me console en me disant que le lire maintenant est plutôt pertinent et en parfaite cohérence avec l’actualité. 

« Quelle est donc, camarades, la nature de notre existence ? Regardons les choses en face : nous avons une vie de labeur, une vie de misère, une vie trop brève. Une fois au monde, il nous est tout juste donné de quoi survivre, et ceux d’entre nous qui ont la force voulue sont astreints au travail jusqu’à ce qu’ils rendent l’âme. »

Une révolution menée par les animaux éclate à la Ferme du Manoir ; marre d’être exploités par les hommes, les animaux se prennent la direction de la Ferme. Toutefois, alors qu’ils pensaient fuir une certaine oppression, ils es retrouvent face à une nouvelle dictature.

On connaît le refrain sur l’égalité entre les êtres, ici animaux, mais certains se détachent des autres par leur intelligence ou leurs capacités supérieures. L’égalité va peu à peu disparaître pour voir émerger une sorte de classe animale supérieure se distinguant des autres. Les plus habiles sont les cochons qui vont de suite prendre le pouvoir et instaurer un nouveau régime. À partir de là, les choses vont inévitablement se compliquer.

« Toutes les moeurs de l’Homme sont de mauvaises moeurs. Mais surtout, jamais un animal n’en tyrannisera un autre. Quand tous sont frères, peu importe le fort ou le faible, l’esprit profond ou simplet. Nul animal ne tuera un autre animal. Tous les animaux sont égaux. »

Les personnages sont certes nombreux, mais les divers clivages entre eux permettent de les distinguer les uns des autres. Ce fut assez perturbant au début de la lecture de voir les animaux penser, parler et agir. J’ai également été assez déstabilisée face à tous les actes dont ils sont capables. Ces animaux ne sont pas comme les autres et sont plus humains que nous ne le sommes réellement.

J’ai été agréablement surprise par la facilité du texte. Je m’attendais à quelque chose de complexe vu les thèmes traités, mais non, c’est tout à fait abordable. L’écriture d’Orwell est précise, réfléchie et incroyablement intelligente. Traiter de l’URSS ne fut certainement pas une chose aisée, mais il s’en sort avec brio. La comparaison que nous pouvons faire avec d’autres régimes dictatoriaux n’est absolument pas anodine et c’est ce qu’il y a de terrible avec ce texte.

« Dehors, les yeux des animaux allaient du cochon à l’homme et de l’homme au cochon, et de nouveau du cochon à l’homme ; mais déjà il était impossible de distinguer l’un de l’autre. »

Cette lecture est définitivement troublante et marquante. C’est avec légèreté que George Orwell peint, à travers cette Ferme des animaux, une société  tyrannique et corrompue, une société qui se reflète encore aujourd’hui.

Publicités

Une réflexion au sujet de « La Ferme des animaux »

  1. Ping : Bilan avril 2017 | justinsunrise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s