Shining

couv9135804.jpg

Titre : Shining

Auteur : Stephen King 

Éditions : Le livre de Poche

Pages : 571

  • Résumé de la quatrième de couverture :

Situé dans les montagnes Rocheuses, l’Overlook Palace passe pour être l’un des plus beaux lieux du monde. Confort, luxe, volupté… L’hiver, l’hôtel est fermé. Coupé du monde par le froid et la neige. Alors, seul l’habite un gardien. Celui qui a été engagé cet hiver-là s’appelle Jack Torrance : c’est un alcoolique, un écrivain raté, qui tente d’échapper au désespoir. Avec lui vivent sa femme, Wendy, et leur enfant, Danny. Danny possède le don de voir, de ressusciter les choses et les êtres que l’on croit disparus. Ce qu’il sent dans les cent dix chambres vides de l’Overlook Palace, c’est la présence du démon. Cauchemar ou réalité, le corps de cette femme assassinée ? ces bruits de fête qui dérivent dans les couloirs ? cette vie si étrange qui anime l’hôtel ? 

  • Mon avis :

On ne présente plus le « maître de l’horreur », Stephen King, et encore moins son oeuvre Shining, qui est certainement l’un de ses romans les plus connus, adapté au cinéma par Kubrick en 1980. Quelques jours après Halloween, je termine cette lecture haletante, dérangeante mais passionnante. 

Jack Torrance accepte l’emploi de gardien d’hôtel dans le renommé Overlook Palace durant un hiver. Cet emploi est, pour lui, un moyen de se racheter de ses erreurs commises et de son passé d’alcoolique, auprès de sa femme et de son fils. Cependant, cet hôtel si idéalisé se révèle être plus étrange et malsain qu’il n’y paraît…

« Mais il faut se rappeler, mon petit, que les pressentiments ne sont pas toujours confirmés par les faits. »

Dès le début de l’intrigue, on se doute que cette histoire ne peut s’achever d’une belle manière, la mort semble quasiment inévitable. Pourtant, on garde espoir car cette famille est si charmante et si fusionnelle. Alors oui, le début de l’intrigue semble merveilleux où tout est si bien dans le meilleur des mondes, mais on déchante vite lorsque l’on se rend compte que l’hôtel n’est pas si innocent que cela. Le quotidien de cette famille va vite être bousculé par des apparitions, des visions, des hallucinations qui vont pousser les membres à douter d’eux-mêmes. Le passé des personnages a beaucoup d’importance, tout comme leur psychologie. C’est ce qui rend cette intrigue si perturbante.

Jack est si bon, si gentil, si protecteur. Mais Jack fait de la peine, il a été alcoolique. Mais il se bat comme il peut contre la tentation de la rechute, et il n’arrive plus à écrire. Jack fait pitié. Et puis Jack montre son vrai visage, il laisse aller la pulsion de mort qui sommeillait en lui, pour devenir quelqu’un de vraiment méchant. C’est ce que pense Danny, son fils. Danny n’est qu’un enfant, mais il fait tout de même preuve d’une certaine maturité lorsqu’il se trouve dans des situations sortant de l’ordinaire, comme les nombreuses visions dont il est victime. Et puis, il y a Wendy. Elle est certainement le plus grand mystère de ce livre tellement elle est agaçante. Beaucoup d’éléments la concernant restent incompréhensibles, même si tout semble tourner ou être lié à Danny. Hallorann est un personnage intéressant, pas autant que ne l’est Jack, mais son point de vue sur les évènements est assez curieux.

« La vie est dure, Danny. Le monde ne nous veut pas de mal, mais il ne nous veut pas de bien non plus. Il se fiche de ce qui nous arrive. Les pires choses peuvent se produire sans que nous sachions pourquoi. Des braves gens meurent dans le désespoir et dans la douleur, laissant seuls ceux qui les aiment, et on est parfois tenté de croire qu’il n’y a que les méchants qui profitent des biens de cette terre. »

Ce roman est bien évidemment du grand Stephen King sous toute sa splendeur. Je n’ai pas véritablement eu peur en le lisant, j’ai un peu de mal avec la conception d’avoir peur en lisant un livre, mais j’ai tout de même été assez perturbée au cours de ma lecture. Le suspens est vraiment pesant, surtout dans les 100 dernières pages. Je crois que le lecteur est aussi perdu que le sont les personnages, car il est de plus en plus complexe, au fil des pages, de distinguer le réel de l’imagination. King nous retourne clairement l’esprit.

Shining est un très bon roman, peut-être un peu long au début, mais qui devient vite addictif. Les personnages sont grandioses (outre Wendy), l’intrigue est plus que troublante et est psychologiquement angoissante.

  • Ma note :

9/10

Publicités

Une réflexion au sujet de « Shining »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s