Alice au pays des merveilles

9782811630492_cg.jpg

Titre : Alice au Pays des Merveilles – l’intégrale

Auteur : Jun Abe

Éditions : Pika Édition

Pages : 338

  • Résumé de la quatrième de couverture :

Alice est malheureuse dans un monde d’adultes aux conventions étouffantes. Lorsqu’un ennuyeux Lord la demande en mariage, elle s’enfuit en courant et tombe dans un monde peuplé de créatures étranges et gouverné par la terrible Reine rouge. Les habitants ont besoin d’aide pour renverser son pouvoir tyrannique, mais ils prétendent que la jeune fille n’est pas « la bonne Alice »… Avec l’aide du Chapelier fou parviendra-t-elle à vaincre la Reine rouge et son monstrueux Jabberwocky ?

  • Mon avis :

Je m’étais dit que je n’achèterais plus aucun livre portant sur Alice parce que, outre connaitre l’histoire quasiment par coeur, l’oeuvre de Carroll est celle que je possède en plus grande quantité dans ma bibliothèque (cinq livres dont deux illustrés). Mais quand par un heureux hasard je suis tombée sur ce manga, portant sur l’Alice de Tim Burton, comment résister ? 

L’histoire de ce manga n’est pas celle de Lewis Carroll, mais celle du film de Tim Burton sorti en 2010. Suite à la demande en mariage de Hamish, Alice prend la fuite et tombe dans le fameux trou du lapin pour se retrouver au pays des merveilles. C’est ainsi qu’elle fait la connaissance du Lapin blanc, d’Absolem, des jumeaux Tweedledee et Tweedledum, du Lièvre de Mars, du Chapelier fou ou encore du Chat du Cheshire. Tous se posent la même question : est-ce la vraie Alice ? car seule la vraie Alice peut vaincre, selon une prophétie, le Jabberwocky.

« Sais-tu pourquoi un corbeau ressemble à un bureau ? »

Il va de soi que j’ai plus qu’apprécié l’intrigue puisque j’ai beaucoup aimé le film de Burton. Cette Alice est plus adulte que celle que l’on connait tous, même si la part enfantine qui séjourne au fond d’elle refait surface à quelques reprises. En bref, c’est une Alice courageuse, plus mature, et éternellement rêveuse. Les personnages sont tous plus fous les uns que les autres, mais ma préférence restera toujours tournée vers ce cher Chapelier qui est vraiment touchant.

Les dessins sont vraiment représentatifs de l’art de Burton et j’ai trouvé qu’on pouvait percevoir ici son coup de crayon. Cette version d’Alice est vraiment intéressante et change de l’ordinaire ou de tout ce que j’ai pu lire jusqu’à présent la concernant. Il est certain que le fait que ça soit un manga pousse à le lire d’une traite.

« Je vais trouver six choses impossibles qui sont possibles. 

Un : il existe une potion qui fait rapetisser.

Deux : il existe un gâteau qui fait grandir !

Trois : les animaux peuvent parler !

Quatre : les chats ont le don d’invisibilité.

Cinq : le pays des merveilles existe !

Six : je peux tuer le Jabberwocky. »

Un manga à découvrir, peut-être après avoir vu le film ainsi qu’avoir lu la version originale de Lewis Carroll. Une petite merveille pour les amoureux de Burton et d’Alice évidemment.

  • Ma note :

8.5/10

Publicités

4 réflexions au sujet de « Alice au pays des merveilles »

  1. Ping : Bilan + Book Haul octobre 2016 | justinsunrise

  2. Ping : Bilan annuel 2016 | justinsunrise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s