Son Excellence Eugène Rougon

son excellence eugène rougon

 

Titre : Son Excellence Eugène Rougon

Auteur : Émile Zola

Éditions : Le Livre de Poche

Pages : 453

 

* Résumé de la quatrième de couverture :

En 1856, Eugène Rougon, un ancien avocat qui a contribué à faire l’Empire et que l’Empire a fait, se sentant proche de la disgrâce, préfère démissionner de la présidence du Conseil d’État. Mais ses amis ont besoin de lui, et sa chute les embarrasse. Ils s’inquiètent de le voir tromper son ennui par un projet de défrichement des Langes qui le conduirait à une sorte d’exil, et parti tous ceux qui travaillent à son retour la plus active est la troublante Clorinde qu’il a refusé d’épouser.

 

* Mon avis :

Sixième tome dans la fresque des Rougon-Macquart, Son Excellence Eugène Rougon fait partie de ceux qui ont une intrigue qui, à première vue, ne m’intéresse guère, mais qui en réalité se révèle être grandement intéressante et riche.

Eugène Rougon, après avoir brillé au sein de l’Empire, a conscience de sa chute prochaine, c’est pourquoi il démissionne du Conseil d’Etat. Cependant, ses amis souhaitent son retour et vont faire en sorte que celui-ci revienne dans toute sa splendeur d’antan.

Un roman plutôt tourné vers la politique de l’époque avec l’envers de l’Empire qui nous est dévoilé. Le milieu bourgeois présenté ici montre que dans ce milieu si spécial, tous les coups sont possibles. Le contexte historique richement décrit est vraiment intéressant. Par la fiction, on se rend indéniablement compte que rien n’est simple lorsque l’on a autant d’importance qu’Eugène Rougon.

« Je voulais dire simplement ceci : les romans sont surtout un aliment empoisonné servi aux curiosités malsaines de la foule. »

Bien que Eugène ne soit pas le meilleur personnage de Zola, j’ai beaucoup aimé son histoire. Il semble impressionnant voire même intimidant. De tous ceux présents dans ce roman, aucun autre n’égale la prestance qui se dégage de lui. Sa naïveté reste dérangeante quand on se rend compte que ses amis profitent de lui et usent de son pouvoir. L’autre personnage que j’ai beaucoup apprécié est la mystérieuse Clorinde Balbi qui, comme Eugène, gravit les échelons à son tour pour briller d’une autre manière. Clorinde suit une évolution grandiose. Elle est aimée, détestée, respectée, crainte, elle incarne la bourgeoisie et la volonté des femmes à briller par elles-mêmes.

Comme pour ses autres romans, Zola nous livre des descriptions parfaitement maîtrisées. Rien n’est de trop. Sa plume naturaliste qui emploie des mots justes, dévoile toute la véracité d’une époque que l’on peut considérer comme d’actualité.

Il va de soi qu’il faut découvrir ce livre, comme tous les autres, parce qu’il faut comprendre que le Maître frappe fort à son époque avec ce livre qui montre aux yeux de tous l’envers du décors.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Son Excellence Eugène Rougon »

  1. Ping : C’est lundi que lisez-vous ? #63 | justinsunrise

  2. Ping : Bilan + Book Haul septembre 2016 | justinsunrise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s