L’attrape-cœurs

L'attraque-coeurs

Titre : L’attrape-cœurs

Auteur : J.D. Salinger

Éditions : Pocket

Pages : 253

 

* Résumé :

Le roman, écrit à la première personne, relate la période où Holden Caulfield, expulsé du collège Pencey Preparatory trois jours avant les vacances de Noël, retourne à la maison familiale, à New-York. Il déambulera en ville avant de devoir annoncer la nouvelle à ses parents.
Âgé de dix-sept ans, Holden est plein d’incertitudes et d’anxiété, à la recherche de lui-même. Il vit son passage à l’âge adulte et comprend qu’il perd l’innocence de l’enfance. L’une des plus belles images de l’auteur pour exprimer ce passage est lorsque Holden demande au chauffeur de taxi où vont les canards lorsque l’étang gèle. Salinger dans ce roman décrit avec ironie et justesse la société américaine des années 1950.

* Mon avis :

J’ai enfin lu ce livre souvent évoqué dans les romans et qui semble être une telle référence littéraire que lorsque je l’ai refermé, je me suis demandée ce que j’avais loupé dans ma lecture et pourquoi il était tant apprécié de tous. La légère déception que j’ai ressenti à la fin de ma lecture m’étonne encore.

Holden est un jeune homme de dix-sept ans qui vient d’être expulsé de son collège. Cette expulsion, qui n’est pas une réelle surprise, crée des doutes en lui et le pousse à se questionner sur lui-même et sur son avenir. L’auteur relate alors la recherche de soi lorsque l’on sort de l’adolescence et que l’on entre dans le monde adulte, tant redouté.

L’intrigue, qui relève plus du banal que de l’extraordinaire, est assez fade, pour ne pas dire ennuyeuse. Étant donné qu’Holden ne sait que faire de sa vie, il raconte des petites anecdotes qui l’ont certes forgé pour devenir celui qu’il est devenu, mais qui sont guère intéressantes. Seul le dernier tiers du livre est vraiment bien, à partir du moment où Holden est en présence de sa petite-sœur puis lors de sa discussion avec Mr Antolini, certainement parce que c’est à ce moment-là, que l’on voit très clairement les doutes qu’il ressent.

« Je pense qu’un de ces jours il va falloir que tu découvres où tu veux aller. Et alors, tu devras prendre cette direction. Immédiatement. Tu ne peux pas te permettre de perdre une minute. Pas toi. »

A mon plus grand regret, je suis totalement passée à côté de la sensibilité pouvant émaner du personnage principal, Holden. Je l’ai trouvé sans grand intérêt, jusqu’au moment où il laisse tomber sa carapace de jeune rebelle pour devenir le grand-frère protecteur de Phoebé. A la rigueur, cette dernière est peut-être plus intéressante que son frère pour sa naïveté, son courage et la fougue qui la pousse à réaliser des actes pouvant être dérisoires. Mr Antolini est le personnage qui a le plus retenu mon attention et qui apparaît bien trop tardivement à mon gout. C’est à travers ses mots que l’on ressent la profonde détresse d’Holden et le point de vue qu’il a sur les choses a un aspect vraiment juste, riche, intéressant et élaboré, voire-même grandement visionnaire.

A première vue, le style de l’auteur semble vraiment décalé et il en devient perturbant au fil des pages, ce qui peut rebuter le lecteur, tout comme je l’ai été. J’ai d’abord pensé à une erreur due à la traduction, puis je me suis dit que non, l’emploi du langage familier (un peu trop parfois) était une évidence par rapport à l’âge du narrateur. Je n’ai donc pas accroché au style si particulier de l’auteur qui pourtant, est en parfait accord avec le thème traité que l’on a tous un jour côtoyé. J’ai trouvé que le voyage initiatique qu’entreprend indirectement Holden reste trop en marge, qu’il aurait pu être d’avantage mis en avant parce qu’il est indéniable que le personnage d’Holden a un réel potentiel.

« L’homme qui manque de maturité veut mourir noblement pour une cause. L’homme qui a atteint la maturité veut vivre humblement pour une cause. »

Malgré le fait que mon avis soit mitigé sur ce livre, je ne peux pas ne pas le conseiller, pour la simple et bonne raison qu’il reste un ouvrage important et que je persiste à croire, dans toute la naïveté dont je peux faire preuve, que ce livre a changé la vie et l’avis de nombreuses personnes sur elles et qu’il reste d’actualité.

Publicités

8 réflexions au sujet de « L’attrape-cœurs »

  1. Ping : C’est lundi que lisez-vous ? #59 | justinsunrise

  2. Ping : Bilan + Book Haul Juin 2016 | justinsunrise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s