Le Chant du Rossignol

Le chant du Rossignol

Titre : Le Chant du Rossignol

Auteur : Kristin Hannah

Éditions : Michel Lafon

Pages : 523

 * Résumé de la quatrième de couverture :

France, 1939. Dans un village de la Loire, Vianne Mauriac fait ses adieux à son mari qui part au front et se retrouve seule avec sa fille. Très vite, elle est forcée d’accueillir un officier allemand sous son toit. Et fait le choix de protéger sa fille à tout prix…

Sa sœur Isabelle, 18 ans, s’installe à Paris le jour de l’entrée des Allemands dans la ville. Impétueuse et pleine d’idéaux, elle s’engage dans la Résistance sous le nom de code « Le Rossignol».

Deux sœurs, deux destins. Chacune jouant sa propre survie dans la France occupée.

* Mon avis :

Il n’est plus utile de compter tous les livres qui traitent de la Seconde Guerre Mondiale. On pourrait penser qu’ils sont à chaque fois similaires puisqu’il s’agit du même sujet, donc on lit systématiquement ce qu’on a déjà lu. Pourtant, ce n’est pas le cas. Le Chant du Rossignol reflète ce qu’on n’a encore jamais vu auparavant.

Vianne et Isabelle Mauriac, deux sœurs aux caractères totalement différents, vont se battre, à leur manière, pour survivre et pour avoir un avenir en cette période de guerre. Vianne n’a pas le choix, elle doit accueillir des allemands chez elle, quant à Isabelle, elle va devenir « Le Rossignol», figure importante de la Résistance.

L’Histoire est à manipuler avec soin et la mémoire l’est tout autant. La plus grande particularité de ce roman est que l’intrigue soit axée sur l’arrière et non sur le front. L’auteure évoque ainsi ce qu’ont pu vivre les femmes et les enfants durant la guerre. Elle donne la vision d’un autre combat, qui est peut-être resté trop inconnu et peu mentionné. L’intrigue prend du temps à se développer, mais après réflexion, c’est ce qu’il y avait de mieux à faire. Certains éléments tournent autour des non-dits de la guerre avec les pires atrocités que les personnes de cette époque ont pu vivre, ce que les femmes ont pu endurer. Même s’il est question de beaucoup de sentiments, on n’est pas épargné par la dureté des faits.

« « La flamme de la résistance française ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas. » C’est ce que de Gaulle a dit. Nous devons nous battre par tous les moyens possibles. Pour la France, V. Pour que la France reste la France. »

Je voulais que ça se termine bien pour Vianne et pour Isabelle, car elles le méritaient. Je voulais le fameux « happy ending », même si je savais que c’était impossible. Au début, j’en ai voulu à Vianne d’être si naïve, de ne pas ouvrir les yeux sur la guerre et de vouloir rester dans son petit confort. Puis j’ai compris que c’était sa manière à elle de se protéger elle et sa famille. A l’inverse, j’ai de suite apprécié Isabelle et sa fougue la poussant à réaliser l’inimaginable. Le Rossignol ne pouvait être mieux représenté. Elle est l’héroïne attendue. Je pourrai également parler de sa naïveté, de sa force et de son courage qui fait d’elle un être admiratif. Mais je vais me contenter de dire que Kristin Hannah a irrévocablement créé deux grands personnages.

Je m’attendais à me sentir terriblement mal en refermant ce livre mais ce n’est pas le cas. J’ai eu le cœur serré mais c’est surtout un sentiment d’apaisement que j’ai ressenti parce que Kristin Hannah a dépeint, à travers toute l’horreur qu’a été cette guerre, un profond élan d’humanité présent dans les personnes auxquelles on ne s’attend pas.

« Grâce à eux, je sais maintenant ce qui importe et ce n’est pas ce que j’ai perdu. Ce sont mes souvenirs. Les blessures cicatrisent. L’amour perdure.

Nous demeurons. »

J’ai quelque peu du mal à mettre des mots sur ce que j’ai lu, c’est pourquoi vous devez le lire. Ne serait-ce que pour comprendre le fait que tout sur la guerre est loin d’avoir été dit, que l’humanité reste présente malgré tout et qu’on peut trouver du bien derrière le plus grand des maux et un brin de beauté derrière la laideur.

* Ma note :

9.5/10

Publicités

4 réflexions au sujet de « Le Chant du Rossignol »

  1. Ping : C’est lundi que lisez-vous ? #55 | justinsunrise

  2. Ping : Bilan + Book Haul Mai 2016 | justinsunrise

  3. Ping : Bilan annuel 2016 | justinsunrise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s