La Civilisation, ma Mère !…

La civilisation, ma mère

Titre : La Civilisation, ma Mère !…
Auteur : Driss Chraïbi
Éditions : Folio
Pages : 181

* Résumé de la quatrième de couverture :

Deux fils racontent leur mère, à laquelle ils vouent un merveilleux amour. Le plus jeune d’abord, dans le Maroc des années 30. Menue, fragile, gardienne des traditions, elle est saisie dans des gestes ancestraux, et vit à un rythme lent, fœtal. Radio, cinéma, fer à repasser, téléphone deviennent des objets magiques, prétextes d’un haut comique. Puis, Nagib, le frère aîné, prend le relais. Durant les années de guerre, la mère s’intéresse au conflit, adhère aux mouvements de libération des femmes et, globalement, de son peuple et du Tiers Monde. Elle en est même le chantre. Elle sait conduire, s’habille à l’européenne, réussit tous ses examens. Elle est toujours semblable : simple et pure, drôle, et toujours tendre.

* Mon avis :

Ce livre fait partie des livres devant lesquels je ne me retourne pas forcément. Cependant, je devais le lire dans le cadre de l’un de mes cours, chose que je ne regrette pas.

C’est l’histoire d’une mère de deux garçons, qui est ignorante dans la plupart des domaines. Pendant de nombreuses années, elle est restée chez elle, sans jamais sortir pour découvrir le monde. Ses deux fils, qui éprouvent pour elle un amour immense, la prennent sous leurs ailes et font d’elle une femme.

« Elle était un arbre, cerclé dans une cour de prison, mais que le moindre souffle de printemps pouvait faire bourgeonner et fleurir avec luxuriance. »

L’intrigue de ce roman est découpée en deux parties. La première, « Être », est relatée par le second fils qui présente l’évolution de sa mère à partir du début, c’est-à-dire de son stade d’inculte. C’est dans cette partie que nous suivons l’initiation de la mère au sein de la société, mais surtout au sein de la culture européenne. Quant à la seconde partie, « Avoir », il s’agit de Nagid, le premier fils, qui parle de l’émancipation de sa mère, de la guerre et de la colonisation. Cette émancipation se fait d’abord dans la famille, puis dans la société marocaine de l’époque. J’ai préféré la première partie à la seconde, car elle m’a semblée plus développée, plus longue et bien plus explicite que la seconde.

Le trio de personnages formé par les deux fils et leur mère est impressionnant. Ils sont certes ses enfants, cependant ils ont des rôles d’éducateurs et de protecteurs à son égard. Nagid est plus rebelle que son petit-frère, mais ils sont aussi attachants l’un que l’autre, notamment pour l’amour qu’ils portent à leur mère. Cette dernière a un cœur immense. Sa naïveté de départ laisse vite place à un esprit qui a soif de savoir. La tendresse qui se dégage de la mère, dans les diverses situations présentées, est ce qui m’a le plus marquée au cours de ma lecture. Le changement qui s’opère en elle au fil des pages est tout simplement remarquable. Elle passe du statut d’enfant ignare à celui de femme indépendante.

« Ce que je visais, tenacement, c’était la carapace d’ignorance, d’idées reçues et de fausses valeurs qui la maintenant prisonnière au fond d’elle-même. »

Malgré la simplicité que l’on retrouve à travers les mots des deux narrateurs, l’écriture de l’auteur est assez poétique. On sent que c’est avec une profonde sincérité qu’il relate ce récit, tout en restant centré sur une certaine légèreté.

Ce livre est une réelle surprise que j’ai beaucoup apprécié. La simplicité de l’intrigue est mêlée à la plume juste de l’auteur dans une parfaite harmonie. C’est une histoire riche en authenticité qui vaut le détour.

* Ma note :
8/10

Publicités

2 réflexions au sujet de « La Civilisation, ma Mère !… »

  1. Ping : C’est lundi que lisez-vous ? #49 | justinsunrise

  2. Ping : Bilan Février 2016 | justinsunrise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s