Les Déferlantes

Les Déferlantes

Titre : Les Déferlantes
Auteur : Claudie Gallay
Éditions : J’ai Lu
Pages : 539

* Résumé de la quatrième de couverture :

C’est à La Hague – un bout du monde à la pointe du Cotentin – que la narratrice est venue se réfugier. Elle arpente les landes, observe les oiseaux migrateurs… et Lambert, homme mystérieux et tourmenté aperçu un jour de tempête, et qui n’a cessé depuis lors d’éveiller sa curiosité.

* Mon avis :

Il est toujours délicat de se lancer dans un livre prêté par une personne qui vous en dit que du bien. Vous savez, il y a ce doute qui plane, celui de savoir si on va également l’apprécier ou non. C’est ici que vous comprenez que ce livre n’a pas été une lecture extraordinaire.

Le livre débute avec l’arrivée à la Hague d’un homme, Lambert, le jour où une tempête éclate. La venue de cet homme intrigue car personne ne vient à la Hague sans une bonne raison. L’intrigue s’ouvre alors sur un accident qui a eu lieu en mer il y a de nombreuses années, dans lequel divers habitants sont mêlés.

Il faut dire les choses telles qu’elles sont : ce livre est long. Très et trop long. J’ai trouvé de nombreux passages peu utiles, notamment ceux concernant le passé de la narratrice parce qu’ils sont éparpillés dans tout le roman et qu’ils ne nous apprennent que peu de choses sur son passé. Néanmoins, l’intrigue qui tourne autour de la mort des parents et du frère de Lambert qui ont disparu en mer des années auparavant, reste intéressante. Tout au long du livre, il est question de savoir s’il s’agit d’un meurtre ou non et qui est le véritable coupable.

L’auteure nous offre tout un panaché de personnages qui restent très réalistes. Le premier qui me vient à l’esprit est Théo, un vieil homme solitaire et mystérieux qui s’occupait du phare à l’époque de l’accident en mer. Lambert est un personnage dont j’aurais aimé en apprendre un petit peu plus, je ne l’ai pas trouvé assez travaillé à mon goût. Le personnage qui est le plus intéressant selon moi est Raphaël, sculpteur passionné incarnation même de la gentillesse qui entretient une relation indescriptible avec sa sœur Morgane. Leur amitié avec la narratrice est essentielle et fonctionne comme un pilier central dans la vie de l’héroïne. Cette dernière a visiblement vécu quelque chose de dramatique mais comme je l’ai dit plus haut, tout reste assez vague.

Là où l’auteure a toute mon admiration est dans son écriture. C’est ici qu’arrive l’ultime paradoxe de ce livre qui est certes long, mais les descriptions que l’on retrouve dedans sont passionnantes et incroyablement bien écrites, au point où l’on pourrait se croire à la Hague avec les personnages à vivre l’intrigue en même temps qu’eux.

Je n’aurais certainement pas lu ce livre si on ne me l’avait pas conseillé. Je l’ai bien aimé, mais sans plus, il me manquait quelque chose pour que j’accroche vraiment à l’intrigue et à l’histoire de la narratrice.

* Ma note :
6.5/10

Publicités

5 réflexions au sujet de « Les Déferlantes »

  1. Charmant-Petit-Monstre

    J’ai du le lire quand on parlait beaucoup beaucoup de lui à l’époque où il est sorti. Je crois que je ne l’ai même pas fini tellement je me suis ennuyée. Mais malgré tout je serais bien tentée de le relire et de le terminer, déjà parce que mes goûts ont changé et peut-être que je suis passée à côté.

    Répondre
    1. justinsunrise Auteur de l’article

      Tu pourrais essayer de le relire en effet. J’avais retenté une lecture avec Marina de Zafon que je n’avais pas du tout aimé la première fois puis à la relecture j’ai adoré. Donc peut-être que ça pourrait être ton cas avec celui-ci ? )

      Répondre
  2. Ping : Bilan Janvier 2016 | justinsunrise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s