99 Francs

99 francs

Titre : 99 francs
Auteur : Frédéric Beigbeder
Éditions : Folio
Pages : 299

* Résumé de la quatrième de couverture :

« En ce temps-là, on mettait des photographies géantes de produits sur les murs, les arrêts d’autobus, les maisons, le sol, les taxis, les camions, la façade des immeubles en cours de ravalement, les meubles, les ascenseurs, les distributeurs de billets, dans toutes les rues et même à la campagne.
La vie était envahie par des soutiens-gorge, des surgelés, des shampoings antipelliculaires et des rasoirs triple-lame. L’?il humain n’avait jamais été autant sollicité de toute son histoire : on avait calculé qu’entre sa naissance et l’âge de 18 ans, toute personne était exposée en moyenne à 350 000 publicités. Même à l’orée des forêts, au bout des petits villages, en bas des vallées isolées et au sommet des montagnes blanches, sur les cabines de téléphérique, on devait affronter des logos « Castorama », « Bricodécor », « Champion Midas » et « La Halle aux Vêtements ».
Il avait fallu deux mille ans pour en arriver là. »

* Mon avis :

Je ne sais absolument pas comment je vais pouvoir rédiger cette chronique tout simplement parce que je ne sais pas quoi penser de ce livre. Je n’ai lu qu’un livre de Beigbeder, Un roman français que j’avais beaucoup aimé puisqu’il s’agissait d’un coup de cœur, j’ai donc voulu retenter l’expérience avec un autre de ces livres mais malheureusement ça n’a pas fonctionné….

99 Francs raconte l’histoire d’Octave qui travaille dans la publicité au sein d’une grande entreprise. Octave est seul, célibataire, riche, drogué, il est en réalité un cliché sur pattes. Derrière son histoire qui semble être le fil conducteur de ce roman, se trouve la critique des publicités telles que nous les connaissons.

Habituellement je garde le point « style/écriture de l’auteur » pour la fin de ma chronique mais pour le coup je suis obligée d’en parler maintenant. Je n’ai pas retrouvé la plume de cet auteur que j’avais tant aimé dans Un roman français, bien au contraire. Outre le côté vulgaire des mots, des tournures de phrases qu’il emploie, j’ai trouvé le style vraiment banal voir plat, sans grand intérêt. J’ai trouvé que certains passages étaient totalement inutiles au texte à croire qu’ils servaient juste à rajouter des pages.

Là où je veux en venir et le point crucial de cette chronique est que je n’ai pas aimé le personnage d’Octave pour les raisons qui se trouvent deux paragraphes plus haut. Cependant, son humour noir et trash m’a fait rire à plusieurs reprises et c’est certainement pour cette raison que j’ai pu terminer le livre sinon je l’aurais abandonné au bout d’une centaine de pages. L’idée de ce livre est pourtant bonne, très bonne même puisque nous sommes la génération qui vit avec et dans la publicité grâce à cette chère société de consommation.

J’ai donc un avis plutôt mitigé sur ce roman car outre l’humour qui s’en dégage et que j’ai bien aimé, je n’ai pas trouvé que ce livre était très intéressant. Si vous voulez découvrir cet auteur, je ne vous conseille pas de commencer par ce livre.

* Ma note :
6/10

Publicités

7 réflexions au sujet de « 99 Francs »

  1. Petit Pingouin Vert

    Ahah Beigbeder, soit on adore, soit on déteste. Pour ma part j’adore ! Sauf  » Un Roman Français » , qui est celui qui sort le plus de son univers ! Et c’est en général le seul qui est aimé par les gens qui ne l’apprécie pas hehe ! Mais je comprend tout à fait qu’on ne puis pas aimer son style !

    Répondre
  2. Ping : Bilan Septembre 2015 | justinsunrise

  3. Ping : C’est lundi que lisez-vous ? #34 | justinsunrise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s