La Bête humaine

La bête humaine

Titre : La Bête humaine
Auteur : Émile Zola
Éditons : Folio
Pages : 462

* Résumé de la quatrième de couverture :

L’essentiel de La Bête humaine, c’est l’instinct de mort dans le personnage principal, la fêlure cérébrale de Jacques Lantier, mécanicien de locomotive. Jeune homme, il pressent si bien la manière dont l’instinct de mort se déguise sous tous les appétits, l’Idée de mort sous toutes les idées fixes, la grande hérédité sous la petite, qu’il se tient à l’écart : d’abord des femmes, mais aussi du vin, de l’argent, des ambitions qu’il pourrait avoir légitimement. Il a renoncé aux instincts ; son seul objet, c’est la machine. Ce qu’il sait, c’est que la fêlure introduit la mort dans tous les instincts, poursuit son travail en eux, par eux ; et que, à l’origine ou au bout de tout instinct, il s’agit de tuer, et peut-être aussi d’être tué.

* Mon avis :

Comme vous le savez (ou pas), du moins je ne cesse de le répéter, je suis une fervente admiratrice de ce cher Émile donc je suis habituée à sa plume puisque ce livre est mon treizième de cet auteur. Étonnamment j’ai toujours été impressionnée par La Bête humaine avec une petite réticence à le commencer, c’est pourquoi il trônait dans ma PAL depuis… une année, oui j’ai relativement honte. Cependant, je me suis lancée et j’en suis plus que ravie !

J’ai eu un peu de mal avec le début de ma lecture, mais c’est certainement parce que j’étais en pleine révisions donc assez perturbée et je n’avais pas trop le temps de lire à mon plus grand malheur. Néanmoins, en arrivant vers la deux centième page j’ai retrouvé cette petite flamme qui s’allume en moi lorsque je lis un Zola. Dans ce roman, l’auteur nous plonge dans l’univers des locomotives avec la fameuse Lison. Outre les histoires d’amour de base entre les personnages, Zola nous plonge dans une véritable enquête digne des grands policiers avec cette unique question : qui est le véritable meurtrier ?

Et puis il y a Jacques, j’attendais de découvrir son histoire avec impatience. Il est assez extraordinaire comme personnage avec des pulsions incroyables. Autant il peut être doux et gentil, comme malsain et méchant. Dans cette œuvre, on voit l’Homme tel qu’il est à l’état naturel, c’est-à-dire une bête qui retrouve son instinct animal. Tous les personnages ont un fond mauvais qui est relié à la mort. A plusieurs reprises j’étais bouche bée en tournant les pages, il se passe des choses qu’on aurait pas pu imaginer.

Même s’il est toujours impressionnant de lire un livre de Zola, je vous le recommande. Ce livre fait donc partie incontestablement de mes meilleurs Rougon-Macquart !

Publicités

2 réflexions au sujet de « La Bête humaine »

  1. Ping : C’est lundi que lisez-vous ? #20 | justinsunrise

  2. Ping : Bilan Avril 2015 | justinsunrise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s