L’Astrée

L'astrée

Titre : L’Astrée
Auteur : Honoré d’Urfé
Éditions : Folio
Pages : 388

* Résumé de la quatrième de couverture :

« Délectables rivières », « fertilité du rivage », « air si tempéré que la terre y est capable de tout ce que peut désirer le laboureur », tel est au Ve siècle de notre ère le Forez qui abrite les amours d’Astrée et de Céladon. Mais L’Astrée n’est pas seulement un traité d’éducation sentimentale et une somme de casuistique amoureuse. C’est un aussi un roman des origines nationales : les bergers du Lignon sont des Français à l’état pur, des Gaulois qui ont résisté à l’invasion des « usurpateurs » romains et de leurs faux dieux, préservé les coutumes et les libertés de l’ancienne France. Au moment où se développe le mythe celtique et où Henri IV entreprend de refaire l’unité nationale, L’Astrée apparaît, par rapport à l’Italie et à Rome, comme une tentative de décolonisation culturelle.

* Mon avis :

Il y a un mois encore je ne connaissais pas l’existence de ce livre, de cette histoire et même de cet auteur. J’étudie ce livre dans un de mes cours et c’est à ce moment-là que je remercie mon professeur pour ses cours car sincèrement je ne pense pas que j’aurais compris grand chose sans eux. Je vais néanmoins essayer de donner un avis quelque peu construit sur ce livre.

Il faut savoir que L’Astrée est en réalité composé de cinq parties contentant toutes environ une douzaine de livres ce qui fait un total d’environ 5000 pages avec un nombre (très important) de personnages. L’édition que j’ai lu ne comporte que des extraits des trois premières parties avec un résumé des deux dernières ce qui ne fait même pas un quart de l’œuvre complète.

L’histoire se passe en Gaule au Ve siècle.. Déjà la première chose qui m’est venue à l’esprit a été : ASTERIX ET OBELIX ! Ceci n’est absolument pas exagéré.. Et bien évidemment Astérix et Obélix ne sont pas dans l’histoire malheureusement. Pour faire simple l’histoire cadre est celle d’Astrée et de Céladon, deux bergers, qui sont éperdument amoureux l’un de l’autre. Pour faire simple : leurs parents sont contre leur union ce qui crée quelques petits problèmes. De plus, Astrée va croire que Céladon lui est infidèle donc elle le repousse. C’est pourquoi il se jette dans le Limon (aka le fleuve de l’histoire). Il va être sauvé par les trois nymphes, puis va essayer de retrouver sa bien-aimée en se déguisant en une jeune femme, Alexis. Astrée va découvrir la vérité et souhaiter la mort de Céladon. Ils vont par la suite se rendre à la fontaine de la Vérité d’amour en pensant mourir, mais grâce au dieu Amour ils se retrouvent et vécurent heureux jusqu’à la fin des temps. (j’espère que l’auteur ne s’est pas retourné dans sa tombe après avoir lu ce piètre résumé….). Plusieurs petites histoires enchâssées vont venir se mêler à l’histoire cadre comme celle de Madonte et Damon, ou Lydias et Mélandre. Les points communs entre ces histoires sont l’amour et les deux personnages principaux.

La difficulté de ce livre repose, selon moi, principalement sur les personnages. Ils sont nombreux, avec des prénoms qui se ressemblent. Ajoutez à cela les intrigues qui se mêlent les unes aux autres et vous voilà totalement perturbés dans votre lecture. C’est surtout ce point qui m’a dérangez. L’histoire globale en elle-même n’est pas forcément compliqué et le livre n’est pas forcément difficile à comprendre, si on enlève ces deux petits problèmes. Outre l’amour qui est le thème majeur de ce livre on retrouve des thèmes comprenant la famille, la trahison et même de l’érotisme pur (sisi, le premier du nom dans toute sa splendeur).

Je suis assez satisfaite de cette lecture qui fut une bonne découverte malgré la difficulté qu’est en lui-même le récit. Je pense que je n’aurais pu pleinement l’apprécier sans les explications de mon professeur.

Publicités

5 réflexions au sujet de « L’Astrée »

  1. Carnet Parisien

    Le point qui m’avait marquée, quand ma prof de lettres nous en avait parlé, c’était les épreuves interminables qu’Astre inflige à Céladon pour mériter son amour…
    Je suis contente que tu aies fait une chronique 🙂 Merci ! Elle est simple et recontextualise bien mes souvenirs. Félicitations pour cette lecture qui a tout de même dû être fastidieuse, et malgré ta chronique (comme je te le disais en commentaires), pas sûre d’avoir le courage de m’y plonger ^^

    Répondre
  2. Ping : Bilan Février 2015 | justinsunrise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s