La Métamorphose

La métamorphose

Titre : La Métamorphose
Auteur : Franz Kafka
Éditions : Librio
Pages : 96 (en comptant Dans la colonie pénitentiaire)

* Résumé de la quatrième de couverture :

Lorsque Gregor Samsa s’éveille, un matin, après des rêves agités, il est bel et bien métamorphosé. Doté d’une épaisse carapace d’où s’échappent de pitoyables petites pattes ! Lugubre cocasserie ? Hélas, ultime défense contre ceux, qui, certes, ne sont pas des monstres mais de vulgaires parasites… Les siens. Père, mère, sœur, dont l’ambition est de l’éliminer après avoir contribué à l’étouffer…

* Mon avis :
Que je vous raconte l’histoire du pourquoi du comment ce livre avant de vous en parler (oui j’aime raconter ma vie). Il y a quelques années (2 ou 3 ans), un copain m’avait prêté ce livre car il l’avait bien aimé et qu’il FALLAIT que je le lise. Et en effet, je l’ai aimé. Cependant, j’aime avoir mes propres livres donc je l’ai acheté il y a peu de temps, donc j’ai pu le relire.
Avant de développer sur le livre, arrêtons sur sa couverture. Elle est terriblement laide, je crois que je n’ai jamais vu une couverture pareille, elle me répugne. Voilà, je l’ai dit ! Même si la couverture se prête bien au livre puisqu’il montre un monstre (oui faut dire les choses telles qu’elles sont…), elle se rapproche beaucoup de l’histoire.

Il est perturbant de voir que, subitement, dès le début de la nouvelle, Gregor est transformé, enfin métamorphosé en un « monstrueux insecte ». J’avais eu peur, à l’époque, de ne pas tout comprendre, de me lancer dans quelque chose de difficile, mais pas du tout ! Cette nouvelle se lit relativement vite, elle est compréhensible, les mots ne sont aucunement complexes.

Je ne vais pas trop parler de la pensée profonde qui se dégage de cette nouvelle, même si elle est plutôt évidente : la solitude. C’est assez impressionnant la façon dont Gregor se retrouve seul, du jour au lendemain. Le rejet des autres, notamment de sa famille est assez présent et choquant. Je crois que ce qui m’a le plus marquée est peut-être le début, quand Gregor essaye de sortir de son lit, il prend du temps, c’est une épreuve pour lui.
J’ai aussi été marquée quand la sœur souhaite qu’il meurt, c’est à ce moment là que le rejet, l’oubli, le dégoût sont très présents. La réalité de la condition de Gregor refait surface alors que pendant des semaines sa famille est passée outre.

L’oubli est destructeur et le rejet anéantit. Cette nouvelle est perturbante et c’est pourquoi je vous la conseille.

– Lu dans le cadre du challenge Hallowctober.

Publicités

2 réflexions au sujet de « La Métamorphose »

  1. Ping : Hallowctober | justinsunrise

  2. Ping : Bilan Octobre 2014 | justinsunrise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s