Où es-tu ?

Où es tu

Titre : Où es-tu ?
Auteur : Marc Levy
Éditions : Pocket
Pages : 312

* Résumé de la quatrième de couverture :

Adolescents, Susan et Philip représentent tout l’un pour l’autre. Avec l’optimisme de la jeunesse, ils se sont promis de s’aimer pour toujours.
Mais la vie les écarte l’un de l’autre. Partie au Honduras au sein d’une association humanitaire, Susan affronte la violence des ouragans, tandis que Philip réussit sa vie professionnelle à Manhattan. Ils ne savent de leurs vies réciproques que ce que disent les lettres qu’ils s’écrivent pendant des années.
Philip a promis à Susan qu’il serait toujours là pour elle. Il ne peut pas savoir que cette promesse va bouleverser sa vie et que, pour l’honorer, il devra ouvrir son cœur à l’inconnu.

* Mon avis :

Je ne comptais jamais, ou du moins par pour le moment, lire un livre de Marc Levy pour la simple et bonne raison que ça ne m’intéresse pas, ou disons, plus du tout. J’étais une adepte de Guillaume Musso, donc j’estime que j’ai fait le tour de ce genre d’histoire banale que nous servent ces auteurs (toutes mes excuses aux personnes qui les apprécient, ce que je dis ne concerne que moi). Je ne vais pas étaler ce que je pense d’eux. Néanmoins, mon frère m’a offert ce livre, j’ai été surprise et je me suis dit que je devais le lire, donc j’ai lu le premier Levy de ma petite vie.

Où es-tu ? est le deuxième roman de cet auteur et je ne pense pas qu’il s’agisse du meilleur. J’ai clairement été déçue par ma lecture ce qui me donne encore moins envie de découvrir d’autres livres de Levy. L’intrigue commençait plutôt bien, dirons-nous. Notamment au niveau de la première partie : amoureux depuis l’enfance mais avec une certaine retenue, Philip et Susan se « séparent » douloureusement puisque cette dernière quitte son pays pour aller en mission humanitaire. Le problème est que l’histoire est…banale et tout est prévisible. Vient la seconde partie qui est plus que barbante, puis le dénouement qui fait tourner la roue. J’ai été surprise pendant quelques secondes par ce dernier jusqu’à ce que je me dise « Oui, d’accord c’est bien, et ?…. ». Selon moi, il manque quelque chose à ce dénouement, le petit truc qui fait que l’on referme le livre en se disant « waouh ».

Quant aux personnages, la plupart d’entre eux sont détestables, heureusement que Philip est là pour rattraper le coup. Je n’ai pas aimé Susan. La façon dont elle joue avec Philip m’a profondément énervée. Il est fou amoureux d’elle et elle, elle est là à faire des petites blagues pour fuir la réalité.. J’ajoute Mary dans le même sac que Susan, puisqu’au cours de la seconde partie, elle est à son tour horrible avec son mari et avec une autre personne. Alors oui la situation n’est pas simple, on peut la comprendre, mais si on prend en compte son âge et le fait qu’elle est censée être mature, ses réactions se transforment en un beau ridicule (qui heureusement ne tue pas….). J’ai failli oublier le petit Thomas qui est arrivé, malgré tout, à m’arracher quelques légers sourires, son innocence est mignonne. Nous arrivons au seul point positif de ce roman, Philip. Son personnage est humain, simple, attachant, ce qui permet de compatir aux différents événements qui surgissent dans sa vie.

Le style de l’auteur est simple. Très simple. Ce livre se lit très vite, pas la peine de se creuser la tête pour saisir l’essentiel. Rien de très palpitant ne retient l’attention.

Vous l’aurez compris, je n’ai pas aimé ce livre. Je l’ai lu, voilà, ce n’est pas un livre que je pense relire un jour car il ne m’a rien apporté. Je n’ai pris aucun plaisir en tournant les pages. Peut-être que je n’aurais pas dû commencer par ce livre de Levy, peut-être que je n’aurais pas dû commencer du tout surtout quand on voit le nombre de réticences que j’ai à ce sujet… Ce n’est pas un livre que je conseille, peut-être que d’autres sont mieux, bien mieux.
* Ma note :

4/10

Publicités

3 réflexions au sujet de « Où es-tu ? »

  1. ladythat

    du roman de gare comme on dit… pour ma part je n’ai lu de cet auteur que « et si c’était vrai » mais je n’avais pas été conquise. Je pense que ce genre de roman est idéal pour les gens qui prennent souvent le train, ça se lit vite et facilement, ce qui permet aussi de se vider la tête après une journée de travail 😉

    Répondre
  2. Ping : Bilan lecture Septembre 2014 | justinsunrise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s