Le liseur

Image

Titre : Le liseur
Auteur : Bernhard Schlink
Édition : Folio
Pages : 243

 

* Résumé de la quatrième de couverture :

A quinze ans, Michaël fait par hasard la connaissance, en rentrant du lycée, d’une femme de trente-cinq ans dont il devient l’amant. Pendant six mois, il la rejoint chez elle tous les jours, et l’un de leurs rites consiste à ce qu’il lui fasse la lecture à haute voix. Cette Hanna reste mystérieuse et imprévisible, elle disparaît du jour au lendemain.
Sept ans plus tard, Michaël assiste, dans le cadre de ses études de droits, au procès de cinq criminelles et reconnaît Hanna parmi elles. Accablée par ses coaccusées, elle se défend mal et est condamnée à la détention à perpétuité. Mais, sans lui parler, Michaël comprend soudain l’insoupçonnable secret qui, sans innocenter cette femme, éclaire sa destinée, et aussi cet étrange premier amour dont in ne se remettra jamais.
Il la revoit une fois, bien des années plus tard. Il se met alors, pour comprendre, à écrire leur histoire, et son histoire à lui, dont il dit : « Comment pourrait-ce être un réconfort, que mon amour pour Hanna soit en quelque sorte le destin de ma génération que j’airais moins bien su camoufler que les autres ? »

 

* Mon avis :

       Je voulais lire ce livre car j’avais lu le synopsis du film qui m’a intrigué et j’ai appris que c’était l’adaptation d’un livre. Sage décision, j’ai lu le livre avant de voir le film. Je ne sais pas vraiment ce que va donner cette chronique car je dois l’avouer, je ne sais pas quoi penser de ce livre. Je vais quand même essayer de dire quelque chose à son sujet.

       Ce livre est composé de trois parties : la rencontre entre les amants lorsque Michaël a quinze ans, le procès d’Hanna et la découverte de son secret (j’ai un peu de mal à nommer cette dernière partie). De manière générale, ce livre se lit vite, il n’y a rien de complexe au niveau de la compréhension et les chapitres sont relativement courts.

        Le livre aborde la question de la Seconde Guerre Mondiale et notamment le camp d’Auschwitz et ce le comportement des SS durant un bombardement. Ceci est centré autour de la relation qu’entretiennent Michaël et Hanna tout au long de leur vie. Elle débute lorsque Michaël a quinze ans. J’ai trouvé le personnage de Michaël intéressant dans cette première partie du livre car on voit son évolution dans une situation amoureuse plutôt atypique, on le voit grandir et mûrir. J’ai eu un peu plus de mal avec Hanna.. Disons qu’elle ne se comporte pas forcément bien avec Michaël, elle le manipule et il est totalement soumis à elle, il s’en rend d’ailleurs compte en grandissant. Hanna est une personne vide, elle donne l’impression de ne rien ressentir contrairement à Michaël qui est follement amoureux de cette dernière.

        On ne peut rester insensible face aux évènements d’Auschwitz qui sont relatés ici. Le mystère plane autour d’Hanna et il perdure jusqu’à la fin. J’ai été agréablement surprise quand Michaël découvre le secret d’Hanna et lorsqu’il l’aide. Cependant, leur relation reste une énigme pour moi. Un jour Michaël est fou amoureux, le lendemain il ne pense pas à Hanna, puis il repense au passé et s’intéresse de nouveau à elle. J’ai trouvé cela vraiment perturbant.

       Après cette chronique je n’arrive toujours pas à me prononcer sur ma lecture, n’ayant pas aimé le personnage d’Hanna je suis un peu en retenue sur le reste du livre. Ce n’est pas un coup de cœur, mais je conseille vivement de lire cette œuvre qui reste impressionnante.

* Ma note :

7/10

 

Publicités

3 réflexions au sujet de « Le liseur »

  1. Carnet Parisien

    Je me souviens avoir vu le film avant de lire le livre, et j’avais beaucoup aimé. Mais je comprends ton sentiment partagé. Hanna est un personnage vraiment complexe, et je ne la trouve pas si manipulatrice que toi. Oui, c’est vrai, elle se sert de Michaël, mais leur liaison lui profite également. Finalement, c’est elle la victime.

    Répondre
    1. justinsunrise Auteur de l’article

      Je pense regarder le film car ça m’intrigue de savoir comment ils ont pu adapter le livre.
      C’est surtout dans la première partie du livre que je la trouve manipulatrice. Et oui, elle est la victime.

      Répondre
  2. Ping : Bilan lecture Juin 2014 | justinsunrise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s